lundi 26 avril 2010

ROMAINVILLE c'est COMPLET

Eh oui, c'est complet ! les quelques cent places de l'espace Jacques Brel sont parties comme des petits pains, et les réservations bouclées.
Pour ceux qui n'auront pas eu le temps de réserver, rendez-vous le 23 mai, dimanche après-midi, au théâtre Aleph de Ivry.
Sinon, pour ceux qui ne le verront pas là non plus, on espère que le spectacle sera programmé officiellement la saison prochaine en région parisienne ! faites marcher le bouche à oreille...

mardi 20 avril 2010

en remontant (un peu) le temps

video
Rencontre entre Sylvain Rossignol et des élèves du lycée (extrait)

dimanche 11 avril 2010

suite

Usine / Roman à 21h00, le 30 avril à Romainville (93), espace Jacques Brel, rue de la poix verte.
sur invitation uniquement.

Le dimanche 23 mai au théâtre Aleph, Ivry (94), à 17h00. Tout public.

faites passer le message dans vos réseaux parisiens !

dimanche 4 avril 2010

le théâtre et la vie

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/03/31/sanofi-aventis-chimie-le-site-de-romainville-fermera-d-ici-a-2014_1326754_3234.html

en guise d'épilogue, en attendant la suite

Ca y est. Ça se termine, et ça commence en même temps.

Le visage des comédiens est marqué de fatigue. On parle, on boit, on mange. Tout le monde paraît content.

Il est 23h00 environ samedi 27 mars 2010, nous venons de jouer les deux premières représentations de USINE/ROMAN.

Yohann m’appelle, il est à côté de Salvatore, ils se tiennent par l’épaule : « Regarde ! » il se tourne vers le décor, et lui envoie des baisers du bout des doigts.

Reste mardi, mercredi, puis jeudi matin.

Lundi le rat dans la poubelle a disparu.

Paul vient en fin d’après-midi : il reprend la régie de Salvatore, et doit étudier la question.

L’atelier a repris sa vie, les ouvriers sont là, les machines tournent. Ca sent la peinture et le plastique fondu. Il y a du bruit.

Journée en creux, un peu. Éléonore et Eric ont animé leur dernier atelier avec les élèves d’hôtellerie.

Mardi soir l’ambiance est étrange. Le public est différent, ses réactions aussi. C’est le soir de la « formule » diner-spectacle.

Les dineurs ne sont pas tous prévenus du « genre » du spectacle…ça ricane au début, fait grincer les chaises, puis se calme.

Les lumières de Paul sont belles, transition réussie.

Mercredi le rat est revenu.

La représentation est intense. Les élèves de l’atelier théâtre ont joué juste avant nous. Leur émotion est grande à la fin de la soirée. La nôtre aussi.

Jeudi matin. Nous jouons pour les élèves qui ne viendront pas au théâtre, qui seront en stage. Certains d’entre eux ont été très proches de nous pendants ces 6 mois.

C’est une représentation importante pour nous.

Il fait jour, Paul est en cours : je dois faire les lumières toute seule…

La séance se termine par une conversation bord de scène, entre eux et nous.

Le message est passé. Ils ont compris et ressenti. Des gaillards habillés de blousons noirs nous disent leur émotion. Ils nous disent aussi avoir oublié que les objets étaient fabriqués par eux : tubes, éprouvettes, tablettes en plastiques ont pris vie, par la force de leur imagination.

Un peu plus tard, un jeune homme, élève en hôtellerie, vient nous remercier. Il nous dit qu’il ne savait pas que le théâtre pouvait être ça, pouvait parler des choses de la vie, comme le fait la musique ou le cinéma. Il nous remercie parce que chez lui, la situation ressemble à celle évoquée dans le spectacle, et que ça lui fait du bien d’entendre que d’autres la partage.


Jeudi midi

Démonter, faire le tour, dire au revoir....

Marion, Gwen et moi sommes les derniers à partir. Les plasturgistes nous ont préparé une surprise, un cadeau. Un petit morceau d'eux que nous emporterons.




27-30-31