mardi 1 décembre 2009

REPETITIONS

Image 1
La scène ressemble à une grande poubelle. Du plastique, des papiers partout. Le dispositif est recouvert d'une bâche. Lumière en contre. Marion est assise à côté d'une paillasse et joue distraitement avec des tubes à essai qui se balancent, se balancent, se balancent...
"Pour faire le vide...c'est pas bien compliqué...nous on l'a fait des milliers de fois dans notre vie..."
Eléonore, collée contre la bâche de plastique, chante. S'étouffe. Chante.
Gwen est debout. Il règle sa montre plusieurs fois sur la pendule arrêtée....
Tous trois sont en blouses blanches.

balade à Bagnolet

Le 19 novembre dernier, le choeur Pablo Neruda de Bagnolet a enregistré la balade de Jean-Claude, écrite par Jean Joliat, chimiste et poète, qui a longtemps travaillé à Roussel-Uclaf.
Elle est adressée à Jean-Claude Roussel, qui fut le patron de Roussel-Uclaf.
Eléonore a mis en musique le poème et c'est elle qui dirige le choeur.
Cette chanson, qui est un peu devenue notre hymne, fera partie de la bande son du spectacle, avec d'autres compositions d'Eléonore dont certaines sont également enregistrées par la chorale et aussi par quelques élèves....


video

"Jean-Claude... Sûr que c'est pas d'l'a tarte de bosser dans ta taule crado
On y bouffe l'acide à la carte, car tu ne nous fait pas un cadeau
et l'jour d'la paie, c'est pas Bardot, qu'on peut sortir ni la préfète
mais fait gaffe à ton château d'eau, un jour on te fera ta fête..."

lundi 16 novembre 2009

affiches en cours

video

affiches en cours /travaux d'élèves





d'autres exemples à suivre....

atelier graphisme 2


Extraits du cours préparé par Nathalie et des exemples graphiques proposés aux élèves comme base de travail.

Mardi 10 novembre : Nathalie et Chloé déposent au milieu de la grande table carrée des kilos de photocopies noir et blanc des photos prises par les élèves. L'objectif était pour chacun de découper des éléments de leur choix et de faire un collage en s'inspirant des techniques exposées par Nathalie, et en correspondance avec le thème du spectacle. Le résultat est étonnant d'efficacité et d'inventivité...

samedi 24 octobre 2009

atelier Salvatore / maquettes



Retour sur l'atelier maquette de Salvatore il y a une semaine et demie.
Armés de feuilles de plastique, de scotchs, d'agrapheuses et de marqueurs, les élèves, Chloé et moi-même avions pour mission de réaliser des maquettes du décor en laissant aller notre imagination.

Salvatore guidait le travail en associant des mots : "interdit", dangereux", "précaire/fragile" et laissait ensuite à chacun le soin de commenter sa réalisation, y ajoutant ses propres remarques : ton laboratoire ressemble à une église, un temple, ou bien à une fusée.
Ces constructions éphémères ont donné naissance à de drôles d'objets, percés de portes et de fenêtres circulaires, de cheminées immenses, d'escaliers sans commencement ni fin... de vraies maisons pour l'imagination, portraits sensibles des habitations/obsessions forgées par nos cerveaux et nos doigts...


vendredi 9 octobre 2009

impressions

atelier corps et voix / 1



mercerdi 7 octobre, 8h-10h, gymnase du lycée.
Eléonore Bovon et Eric Choquet ont rencontré le groupe avec lequel ils vont travailler en compagnie de Gabrielle Bonnard et Jean-Yves le Roc'h. Un mélange d'élèves de classes de plasturgie et hôtellerie.
Le Gymnase résonne terriblement, il est d'emblée difficile de s'entendre. La séance s'engage : après une découverte de l'espace en marchant, les élèves forment une ligne et traversent cet espace selon un rythme particulier, scandé par Eléonore, puis il s'agira pour chacun de dire son prénom...

atelier graphisme /1


mardi 6 octobre a eu lieu le premier atelier graphisme, avec Nathalie Morvillier :
SÉANCE 1 : LA PRISE DE VUES
1 - présentation : explication de la finalité de l’affiche et du cahier des charges
2 - exposé sur le cadrage
3 - exercice d’échaufement : Le Recadrage
Autant de photos que d’élèves. Feuilles de papier, ciseaux.Consigne : avec les feuilles de papier créer deux caches en forme de L. Placer ces deux caches sur la photo de façon à créer une zone de recadrage et faire 3 propositions de cadrage, les plus diférents possibles.
Objectif : sensibiliser les élèves à la notion de cadre pour les préparer à la séance de prise de vues.
4 - prise de vues des machines

here we are


Les répétitions ont commencé mardi 6 octobre.
La première étape s'appelle "travail à la table" et consiste à établir avec les acteurs, la base de texte sur laquelle nous allons commencer à répéter, évoquer des pistes de mise en scène, des choix d'interprétation possibles.
Nos contraintes sont les suivantes : nous voulons pouvoir jouer ce spectacle partout ou presque. Il nous faut adapter la forme en conséquence : un décor léger, facile à monter et à transporter et qui tient dans 4 m2... Le son et la lumière devront vraisemblablement être commandés par les acteurs eux-mêmes...
Les plasturgistes ont d'ores et déjà commencé à réaliser des pièces commandées par Salvatore.


dimanche 20 septembre 2009

le journal de la haute-marne

après avoir fait un permier article il y a une quinzaine de jours, Nicolas Chapon, qui a assisté à la première journée de réunion de l'équipe le 2 septembre, a publié un portrait d'Annick Lacour dans les pages emplois du journal de la haute-marne. Un bel article qui promet une couverture médiatique locale de qualité. AL
ps: pour ceux qui souhaitent le lire, nous pouvons le transmettre par mail

lundi 7 septembre 2009

virus résidence




sur la photo Salvatore Stara, Annick Lacour et Eléonore Bovon
mercredi 2 et jeudi 3 septembre ont eu lieu les réunions de lancement du projet au LP les Franchises.
Annick Lacour, présidente de l'association RU des anciens salariés Roussel-Uclaf devenu Sanofi-Aventis, association à l'origine du roman Notre usine est un roman, nous a fait l'honneur d'être là pendant ces deux jours, très riches en échanges et en enthousiasme.
De nombreux enseignants sont présents autour de la table de travail, l'équipe artistique est impressionnée de leur implication et de l'attention qu'ils portent à leur élèves.
Au total 7 ateliers verront le jour et se dérouleront entre octobre et avril.
Lors de la présentation du projet aux élèves, Philippe Carlen, prof de lettre et histoire dira ceci : " nous ne sommes pas là pour vous parler de la grippe A, mais d'un autre virus qu'on espère bien que vous allez tous attraper, c'est le virus résidence...."
Je nous souhaite à tous beaucoup de bonheur dans cette aventure
AL

lundi 13 juillet 2009

rencontres

Le 11 juin, Salvatore Stara et moi avons rencontré les professeurs de plasturgie et visité avec eux l'atelier, vu de près la plupart des machines sur lesquelles travaillent les élèves.
Il s'agissait de comprendre pour nous quelles seraient les possibilités en terme de techniques et de matériaux que nous pourrions utiliser avec les élèves dans la mise en oeuvre du projet scénographique. Conclusion : les possibilités sont nombreuses, les réalisations intéressantes. C'est plutôt enthousiasmant. Les enseigants s'inquiètent de savoir ce que nous allons demander aux élèves. Il nous semble fondamental de les associer à la démarche créative, de solliciter leur imaginaire et de ne pas les considérer comme des executants... Ce ne sera pas la partie la plus simple, visiblement.
Chloé Pautrat, qui est professeur d'arts appliqués, se propose de prendre en charge avec nous la partie maquette, c'est à dire la partie plus créative.
Le 3 juillet, Nathalie Morvillier et moi avons cette fois rendez-vous avec Chloé, pour la question des affiches et de l'atelier graphisme.
Rencontre à la gare de Langres, en pleine chaleur, autour de boissons fraîches. Toutes deux se mettent d'accord sur la stratégie à adopter pour l'organisation des ateliers. Il est très vite question d'un lien avec les Silos de Chaumont.
Le plus difficle dans toute cette histoire sera de concilier les plannings de chacun, dans le cadre des impératifs scolaires...

vendredi 29 mai 2009

notre usine est un roman

Il faut que les gens sachent ce qui se passe ici depuis des mois, comment nos vies sont changées à jamais, combien les décisions prises par les dirigeants meurtrissent. Il faut que tout le monde mesure les conséquences sur les malades et l’accès aux médicaments. Qu’ils sachent comment on s’est battu, et comment on se bat.

Après une longue lutte menée contre la fermeture du site de recherche pharmaceutique à Romainville, en région parisienne, des salariés de Sanofi-Aventis ont voulu raconter leur histoire collective du milieu des années 60 à nos jours. Ils ont fondé l’association RU et ont confié leurs témoignages à un écrivain qui a conçu le livre comme un roman. Notre Usine est un roman est le titre du livre publié par Sylvain Rossignol en avril 2008 aux éditions de la Découverte, En octobre 2008, Anne-Laure Lemaire rencontre Sylvain Rossignol et Annick Lacour, présidente de l’association RU, et leur parle de son désir d’en faire un spectacle.


Synopsis

Le livre est écrit comme une chronique, entre 1968 et 1998. Les trajectoires des personnages, - Mathilde, Dino, Yann, Marianne, Isabelle, Pierre, Gisèle et Nadine, Marie-Laure…- ouvriers, cadres, techniciens, chercheurs, en forment la trame, à la fois chronique d’un site industriel et roman choral, récit intimiste et épopée contemporaine. Leur parcours dessine un demi-siècle d’histoire : celles des conditions du travail héritées du paternalisme, de l’occupation de l’usine en mai 68, de l’élection de François Mitterrand, de la vie syndicale au quotidien, du féminisme, des fractures au sein du mouvement ouvrier. Entre 1999 et 2007, le mode du récit change, et l’on a affaire aux confessions des personnages : chacun prend la parole à son tour et raconte : rachat, licenciements, départs à la retraite, reclassement. Et puis les conséquences de la mondialisation, les implications du capitalisme en terme de santé publique…Les confessions sont celles de gens inquiets, blessés.